Les mercenaires français sont déjà en Syrie

20 septembre 2012 § 5 Commentaires

Si officiellement, il est impossible d’envoyer des troupes de l’ONU en Syrie à cause des vétos russe et chinois, la guerre occidentale se joue, au XXIe siècle, avec des sociétés militaires privées.

Ces états les ont envoyé sur le terrain dans toutes les révolutions arabes. Ces sociétés mettent à disposition d’organisations internationales et privées, des mercenaires. Elles ont pignon sur rue dans les conflits modernes du monde entier. Souvent d’origines américaines, beaucoup de français les ont intégré et même crée. Elles sont composées d’anciens militaires, d’ex agents de la DGSE, et de personnes de compétences diverses leur permettant un champ d’action très large.  Leur crédeau : le combat, la protection de biens et de personnes, mais aussi la manipulation médiatique et humaine.

Aujourd’hui, la Syrie est un business particulièrement lucratif. Elles sont déjà déployées à des points stratégiques, près des frontières syriennes. Plus discrètes que des troupes officielles face à l’opinion publique, aucune loi ne limite leur domaine et mode d’action.

Ainsi une société militaire privée française (basée en Suisse) nommée Mat2s-Consulting (anciennement Eagle Black Group), est actuellement à Kilis, en Turquie, aux portes de la ville d’Alep.

[googlemaps https://maps.google.fr/maps?f=q&source=s_q&hl=fr&geocode=&q=kilis&aq=&sll=49.439557,0.307617&sspn=15.332364,43.286133&ie=UTF8&hq=&hnear=Kilis,+Turquie&t=m&ll=36.363799,37.276611&spn=1.548194,2.334595&z=8&iwloc=A&output=embed&w=425&h=350]

Cette société propose ces tarifs à de riches hommes d’affaires, des sociétés pétrolières et de divers services étatiques :

Image

La situation est si complexe sur le terrain, que les journalistes ont fini par simplifier grossièrement la situation : des gentils (les révolutionnaires), et le méchant (Bachar El-Assad). Ce n’est sans compter les membres étrangers d’Al-Qaïda qui se sont greffés à la révolutions, les intérêts occidentaux et l’influence russe.

Comme dans toutes les révolutions, des hommes gravitent autour de ces mouvements, les aident et les incitent, dans l’espoir d’en tirer bénéfice à long terme. Ils envoient des « agents » sur le terrain pour créer les révolutions, depuis l’intérieur, ou les contrer. En Syrie, des soutiens logistiques sont envoyés depuis plusieurs pays, faisant souvent escale par l’Irak.

Les leaders de ses révolutions sont toujours en lien très étroit avec les Etats-Unis, et à moindre mesure avec la Grande-Bretagne et la France. Les révolutions sont souvent financées et manipulées par des groupes influents, venus de l’étranger, et qui espèrent renverser la situation en leur faveur.

Description de cette image, également commentée ci-après

Bassma Kodmani, politologue à Paris, a cofondé le Conseil National Syrien. Elle est porte-parole et responsable des relations extérieures du CNS. Parralèlement, elle a participé aux réunions Bidelberg de 2008 et 2012, au début des révoltes arabes, et pendant le conflit syrien. Sur la liste des invités en  2008 et 2012, en face de son nom est inscrit la nationalité « internationale », et non pas syrienne.

Radwan Ziadeh, directeur des relations extérieures du CNS est un grand ami de l’institut américain pour la paix (US Institut of Peace). Exilé au Etats-Unis depuis 2007, il a laissé ses travaux universitaires de la George Washington University pour se joindre à la révolte syrienne. Dès le début du conflit syrien, c’est lui qui, à travers les médias, appelait les Nations Unis à intervenir en Syrie.

On remarque que la majorité des leaders de l’Armée Syrienne Libre ont vécu et étudié en France ou au Etats-Unis, et brutalement ont été épris d’un élan patriotique et se sont lancé dans la politique syrienne.

Toutes les informations et les vidéos amateurs proviennent d’eux et de leurs hommes sur le terrain. Les reportages que nous présentent nos télévisions ne nous offrent jamais de plan large et d’analyse de situation globale du pays. Nous ne voyons que ce que cette poigné de personne veulent bien nous montrer. Comme dans toutes les guerres, les agressions et les pertes se font dans les deux camps.

Les dirigeants occidentaux voient en Bachar El-Assad le dernier allié du régime Iranien, désigné ennemi public numéro un. Tel Mouammar Kadhafi, ces chefs d’états arabes freinaient les intérêts occidentaux dans la région, et menacent la sécurité d’Israël. Bachar El-Assad est une carte de plus à abattre.

Un reportage, unique en son genre, a été réalisé sur les révolutions en Europe de l’Est dans les années 2000 par Manon Loizeau, journaliste de renom qui reçu plusieurs prix, dont celui Albert Londres. Il détaille parfaitement les techniques employés par la CIA pour manipuler et utiliser les révoltes populaires pour le compte d’États et de riches investisseurs. On peut discerner de nombreuses similitudes avec les révolutions arabes.

Publicités

Tagué :, , , , , , , , , , , ,

§ 5 réponses à Les mercenaires français sont déjà en Syrie

  • articles dit :

    Thanks , I have recently been searching for information approximately this topic for a long time and yours is the greatest I have found out till now. But, what about the bottom line? Are you certain in regards to the source?

  • Pour le CNS, le mot d’ordre est clair : il n’est pas question que des criminels prennent des responsabilités dans le futur gouvernement. Mais comment être sûr que Farouk al-Charaa, numéro 2 du régime el-Assad, a les mains propres ? Le président du CNS évite la question : « Je vous le redis, c’est juste une initiative qui est proposée mais la décision finale reviendra au peuple syrien à travers les instances qui le représentent ».

  • Omur Khailoum dit :

    we found this image on the site of revolutionary information

    that you think you do til part of what you have seen in Syria?

    http://apc-sy.com/en/?p=149

  • Pipo le chat dit :

    Ah bon… Alors les États-Unis veulent renverser les pouvoirs en place au Moyen-Orient… pour y mettre des islamistes radicaux ? Comme en Egypte, en Tunisie ou en Libye ? Bien joué ! Peut-être les arment-ils même en sous-main ? Comme les djihadistes afghans qui combattaient les Russes avant 79 ? Parce que les Américains sont un peu bêtes : une fois, ça ne leur suffit pas…
     » La situation est si complexe sur le terrain » : en v’là une info. Le terrain les gars « c’est complexe » ! C’est le terrain quoi… y’a ceux qui y sont et qui voient que c’est complexe. Et puis les autres…
    « les membres étrangers d’Al-Qaïda »… ah parce que les membres indigènes d’Al-Qaïda c’est mieux ? Et puis « étrangers », vous avez vu leur passeport ? C’est quoi votre source ? Il y en a plusieurs donc, combien ? En proportion par rapport aux non-étrangers ?
     » les intérêts occidentaux et l’influence russe » : vous oubliez les lobbies pétroliers, l’industrie pharmaceutique aussi…
     » Comme dans toutes les révolutions, des hommes gravitent autour de ces mouvements, les aident et les incitent, dans l’espoir d’en tirer bénéfice à long terme » : à chaque détour de paragraphe, l’info du siècle. Vous auriez pu commencer par « de tous temps, force est de constater qu’un enjeu majeur, etc. ». Et donc dans toutes les révolutions, y’a des mecs qui gravitent… hé ben si j’avais su…
     » En Syrie, des soutiens logistiques sont envoyés depuis plusieurs pays, faisant souvent escale par l’Irak » : envoyés par qui ? Non parce que ok « depuis plusieurs pays », c’est une info : il n’y a pas qu’un pays. Mais plusieurs. Et surtout, ce sont des pays qui envoient les soutiens (logistiques), pas des particuliers ou des lobbies ou des ONG… Nan, ce sont des pays. En Syrie. Oui.
     » Les révolutions sont souvent financées et manipulées par des groupes influents, venus de l’étranger, et qui espèrent renverser la situation en leur faveur. » Alors là les mecs sont très forts : ils financent et manipulent. Mais encore plus forts, ils le font « en leur faveur ». C’est diabolique. Plutôt que de se tirer une balle dans le pied, « ils espèrent renverser la situation » à leur profit. C’est bien pensé quand même… Heureusement que notre enquêtrice a levé le voile sur ce complot ourdi par des individus vraiment prêts à tout, y compris à « financer et manipuler » une révolution « en leur faveur »…
    Bon, alors après on nomme deux hurluberlus, qui deviennent « la majorité ». Donc on en déduit qu’au total, ils sont 3, puisqu’à 2, ils ont la majorité…
    Je m’arrête, on pourrait faire ça sur tout le texte.

    Donc, bilan : 0, nul, à refaire, doit redoubler.
    Mais pas de désespoir : l’envie est là, c’est le principal. Maintenant faut apprendre à écrire correctement, et pas n’importe quoi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Les mercenaires français sont déjà en Syrie à Alathée.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :